Calendriers

Retour vers le futur, les origines

Certains jours, le calendrier se joue de nous : vous êtes persuadé d’être mercredi et vous découvrez au détour d’une conversation que ce mercredi est un jeudi. Mais que se passerait-il si l’on vous imposait un saut de 10 jours dans le futur ? Imaginez toutes ces réunions manquées, toutes ces dates butoirs qui ne vous préoccupaient pas encore ?

C’est ce qui est arrivé le 4 octobre 1582, le lendemain le calendrier affichait la date du 15 octobre 1582 et personne n’a pu y échapper, tant pis pour les rendez-vous planifiés entre les deux. Enfin, presque personne, mais nous y reviendrons.

Si vous trouvez que passer à l’heure d’été est un casse-tête

Ce surprenant saut dans le temps était dû au passage du calendrier julien au calendrier grégorien, utilisé aujourd’hui dans la plupart des pays. Le calendrier grégorien doit son nom au pape Grégoire XIII qui avait ordonné la création d’un nouveau calendrier destiné à corriger les dérives du calendrier julien, ce dernier se trouvant en décalage avec les années solaires en raison d’un trop grand nombre d’années bissextiles. La mise en place de ce nouveau calendrier, conçu par le célèbre mathématicien et astronome Christopher Clavius, nécessitait la suppression de 10 jours.

Cependant ce nouveau calendrier ne fut ni accueilli avec le même enthousiasme ni à la même date par tous les pays. Dans la mesure où le pape imposait de l’adopter, les pays catholiques furent les premiers à sauter le pas. Les pays protestants voyant en ce calendrier un instrument destiné à étendre la domination catholique refusèrent de s’y intéresser. Pendant des décennies, passer les frontières en Europe pouvait faire avancer ou reculer de 10 jours dans le temps. Dans une Allemagne morcelée en une multitude de petits pays tout juste aussi larges que nos départements actuels, imaginez le désordre.

Sommes-nous réellement aujourd’hui ?

Pour faire court, les problèmes causés par les différences de calendriers – car en plus des calendriers julien et grégorien il existait bon nombre d’autres calendriers en vigueur – finirent par pousser tous les pays à adopter le calendrier grégorien (merci le commerce international). Quels problèmes, demandez-vous ? Consigner les évènements, souhaiter les anniversaires, même faire des recherches généalogiques relevait du cauchemar, sans parler de devoir vérifier sans arrêt les dates des rendez-vous pour être certains d’y être le bon jour.

Trouver une date de réunion qui arrange tout le monde peut être incroyablement frustrant. Imaginez qu’une fois la date arrêtée vous découvrez que la date dont vous parliez n’est pas celle de vos partenaires ! On le sait, vous y avez pensé, ce double calendrier est une superbe opportunité de se faire offrir deux fois des cadeaux d’anniversaire. Cependant, les dirigeants de l’époque étaient d’avis qu’aussi séduisante que soit l’idée de deux anniversaires, elle ne faisait pas le poids face à la complexité de la situation. C’est dire ce que la situation était compliquée.

Les calendriers sont difficiles à concevoir et si l’histoire nous a appris quelque chose c’est que passer d’un calendrier à l’autre peut être un véritable calvaire. Croisons les doigts pour ne pas avoir à vivre une de ces périodes de transition.

Profitons du présent, planifions les réunions sans risque de confusion et élaborons d’autres stratagèmes pour se faire offrir deux fois plus de cadeaux d’anniversaire.

By Justina Poskeviciute

Justina is an awesome writer living in Budapest.

0 comments on “Retour vers le futur, les origines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s